effethalo
retour au site [↑]

Liste

Article

Dj Pone

Erratic Impulses


Ed Banger Records, 14 Jan. 2014

Posté le 04 mars 2014
Avec l’aide de Gaspard Augé (Justice) et des collabs avec Didaï et Arnaud Rebotini,Dj Pone s’est entouré d’artistes phares et hétéroclites afin de créer le monde futuriste d'Erratic Impulses. Pour sa première sortie chez Ed Banger, Pone commence l’année 2014 avec un retour ambitieux.

Comme l'annonce d'un combat mythique, le premier track de l’EP, « Falken’s maze », introduit l’album avec une sonorité sentencieuse et tendue. Sans comprendre, on se retrouve immédiatement enchainé avec des loups tout autour de nous. Dans la montée, énervé, on frappe avec nos chaines et les images fusent. C'est la légende d’un combattant hargneux en lutte contre les éléments. Le personnage principal, une bombe à tag dans une main et des vinyles dans l’autre, arpente les rues sombres d’un ghetto. Le morceau s’accélère et il entre dans l’arène. Seul face à son destin et oppressé par un beat agressif, le combat entre la street et la modernité est violent. Mais on ne s’en fait pas pour Pone, car nous savons maintenant qu’en plus d’être un grapheur et scratcheur hors pair, il est aussi un putain de gladiateur.
Avec des sonorités lentes et lancinantes, le deuxième track de l’EP, « MFE », nous donne l’impression de traverser un long couloir d’une marche rapide, jusqu'à une porte qui s'ouvre et nous introduit dans un voyage funky. Surprise : direction la bonne époque avec Dj Mehdi aux platines. C’est un beau message d’amour qu’envoie ici Pone, On se visualise facilement un B2B à l’ancienne entre les deux bonhommes. Rest in Peace ! Après ce voyage nostalgique nous voilà relancé par un beat agressif et oppressant, "Dipodaïne" nous transporte dans une atmosphère sombre, comme un clin d’œil à son pote Gesaffelstein. Le morceau s’enchaine, une mélodie futuriste donne le tempo et nous lance dans une nouvelle course. Tout va très vite, l’inquiétude réapparait et la dipodaïne commence à faire effet : nous sommes en roues libres, c’est elle qui nous contrôle. Elaborée par le Docteur Pone et son assistant Didaï dans leur laboratoire à Vinyles, la dipodaïne sera présente dans toutes vos futures soirées ! Viens enfin « Errotic Impulses ». Dès le début du quatrième track de ce lourd EP, l’atmosphère souterraine rencontre un mur de Techno et une voix robotique. Ca sent la fin du voyage. Notre ami scratcheur et son acolyte Arnaud Rebotini se partagent la victoire d’un combat acharné. Nous avons commencé dans un ghetto antique, et on finit sur le toit de la ville, en 2083. Et parce que cet EP s’écoute en boucle et que Pone est un bon gars, il en a fait un mix lourd et puissant. Un bon moyen de revivre cette aventure une nouvelle fois !

Ici le grand nouveau de Ed Banger voyage constamment entre des sonorités diverses et pourtant connues de tous. Surprenant et déroutant, à l'image de Dipodaïne, cet EP impose un style unique et marque le retour d'un guerrier victorieux. Entre instrumentales hip-hop et ambiance de film de science-fiction, Dj Pone propose un univers innovant, sombre et mouvementé qui revisite le temps à sa manière.

Lucas.

Ecoute

Commentaires

image de l'interview

Heartthrob



Techno, Minimale

Février 2014


Hypnotik, Eurexpo

Posté le 27 mars 2014
Les interviews sont effectuées à l'occasion d'un concert ou d'un événement. Une interview est conventionnellement composée de sept à dix questions à peu près biographiques ou musicales, et d'une série de questions rapides et absurdes.
Nous avons rencontré Heartthrob avant son live costaud à Hypnotik, un mec ultra sympa qui ne regrette qu'une chose: qu'il n'y ait pas plus de toilettes dans les avions...Récit.

Salut salut ! Comment ça va ?
Bien, très bien ! Je suis très heureux d’être à Lyon.

Tu peux te présenter en quelques mots ?
Bien sur, je m’appelle Jesse Siminski et je suis connu sous le nom d’Heartthrob.

Quoi de neuf pour toi en ce moment ? Des nouveautés dont tu voudrais nous parler ?
A part la teuf de ce soir je me suis vraiment concentré ces derniers temps sur beaucoup de productions et je viens de finir un remix pour Igor Vincente chez Mobilee et un autre pour CMYK, ils devraient sortir au printemps dans un mois ou deux.
Ma deuxième sortie sur mon propre label ISNTISNT devrait voir le jour en Avril parmi d’autres petites surprises donc ça devrait être un printemps assez rempli, du moins musicalement. Et je serai en tournée pendant l’été.

Comment c’est de travailler chez Minus ?
C’était une très bonne expérience, j’ai travaillé avec eux pendant presque 10 ans, ça fera 10 ans cette année d’ailleurs, et Rich est un excellent mentor. Il m’a appris beaucoup de fondamentaux sur ma façon de jouer, de produire et de faire des affaires. J’ai vraiment une très bonne image de Minus.

Qu’en est-il de ISNTISNT ?
C’est mon propre projet, quelque chose que j’ai décidé d’entreprendre. Cela fait 10 ans que je fais de la musique électronique, ça m’a semblait être le bon moment pour sortir du rang et commencer mon propre truc.

Dans ta biographie sur Facebook, il est écrit que tu as « une habileté naturelle à transmettre une touche de drame ou d’humour à travers la musique », tu peux nous expliquer ?
Je n’ai pas dit ça moi même mais je pense que c’est le but de la musique de toute façon de prendre des gens et de les amener autre part, de les faire voyager. Que ce soit émotionnellement ou grâce à l’imagination. C’est ce que j’aime en tout cas.

Y’a t’il un de tes morceaux que tu trouves particulièrement différent des autres ?
Il y a toujours une relation amour/haine, je suis très fier de certains morceaux mais je suis toujours amusé quand certains morceaux que j’aime le moins deviennent les plus populaires. Je ne les trouve pas très bien, ni particulièrement appréciable mais ils deviennent populaires néanmoins. Je pense que si je réécoutais de vieux morceaux à moi maintenant, je serai transporté à l’époque où je les ai composés et j’analyserais les points forts et les points faibles. Je trouve que c’est un bon moyen de se balader dans le temps. Mais j’essaye de me concentrer sur le futur ! (Rires).

Tu écoutes souvent tes propres morceaux du coup ?
Il n’y a que 24 heures dans une journée et tellement de musique à écouter et à découvrir aujourd’hui ! Par conséquent quand je ne travaille pas sur un morceau en construction, j’écoute d’autres choses ou je donne une pause à mes oreilles parce qu’elles en ont besoin. Je n’ai pas écouté de vieux morceaux à moi récemment mais bon, pourquoi pas !

Nous avons rencontré Hobo il y a quelques semaines, tu veux nous dire un mot sur le personnage ?
Joël est une personne extrêmement fun, pleine d’énergie, authentique et très très drôle. En plus de ça il est super doué. Je suis très content pour lui parce qu’il s’en sort très bien avec sa carrière et son label Soundz donc je lui souhaite de réussir. Mais je ne m’inquiète pas pour lui.

Il nous a confié qu’il adorait ruiner les chambres d’hôtels pour se marrer, vous faites tous ça chez Minus ?
Peut être seulement les jeunes ! (Rires) J’ai fait ma part de conneries… mais je ne veux pas payer pour ça, c’est pas possible !

Tu as vécu aux Etats-Unis et en Europe, quelles différences vois-tu entre les deux ?
Je vivais à New York avant, quand j’étais aux USA et c’est une ville tellement extrême et animée alors que Berlin est extrême et tranquille dans beaucoup d’aspects. Il y a beaucoup d’espace, beaucoup de respect pour l’espace de chacun du coup c’est une ville un peu plus soporifique, du moins la vie que je mène là-bas. L’animation de New York me manque parfois mais je chéris vraiment l’espace et la qualité de vie que Berlin offre. La vie ne coûte rien et c’est assez surprenant en sachant que c’est la capitale de l’Allemagne.

Quel matériel utilises-tu pour tes shows ?
Ca dépend du show, si je joue en live ça va être une combinaison de matériel informatique et d’ordinateur. Si je fais un DJ set j’utilise Traktor et Ableton avec l’aide de contrôleurs. Je m’essaye au CDJs en ce moment parce que c’est vraiment agréable. Et bien sur je mixe avec des vinyles à l’occasion mais surtout à la maison.

Quel est ton pire souvenir de tournée ?
Et bien ma pire expérience fut d’essayer de quitter l’Uruguay. Je suis resté coincé à l’aéroport pendant 18 heures. Il y a avait un gros orage et j’ai dû attendre du matin au soir, en essayant de prendre le premier avion possible. Finalement je me suis retrouvé obligé d’attendre dans une chambre d’hôtel. Quand j’ai finalement embarqué, c’était triste, une vieille dame s’est chiée dessus, donc j’ai dû prendre sur moi pendant tout le trajet ! C’était assez horrible. J’avais l’impression de passer d’une merde à une autre du coup je me disais : « Quand vais-je pouvoir quitter l’Amérique du Sud et rentrer chez moi ? Quand vais-je avoir de l’air frais ? ».
Il m’est arrivé d’avoir des problèmes avec mon matos aussi mais la plupart du temps les concerts se passent bien. J’étais dans le coin lors du drame de la Love Parade, dans un after, je me rappelle que c’était vraiment une nuit très triste. Mais globalement je n’ai pas à me plaindre !

Est-ce que tu as un souvenir particulièrement bon pour compenser ?
J’en ai plusieurs, même beaucoup… mais à choisir j’ai beaucoup de nostalgie de l’époque de mes premiers shows, avec Magda et Rich. Les débuts de Minus étaient vraiment magiques. Il y aussi le concert au Womb de Tokyo qui reste gravé dans ma mémoire. On avait fait une grosse fête et nous avions joué live avec Matthew Johnson. C’était une super expérience.

En dehors de la musique, qu’est ce que tu aimes faire ?
J’aime faire du sport et cuisiner. J’apprécie beaucoup l’art, j’en fais un peu moi même d’ailleurs. En gros j’essaye de ne pas m’attirer d’ennui et de rester sain, trouver l’inspiration et profiter de mes amis.

Quelle est la première chose que tu fais en te levant ?
La première chose que je fais… dernièrement c’est de choisir quel exercice je vais faire la journée. Et je suis accro à mon Ipad donc je navigue dessus en buvant mon café. Si j’ai un morceau en cours de composition, j’écoute ce que j’ai fais et décide si c’est bien ou pas (rires). Ca peut être trompeur. C’est intéressant de réécouter une compo avec un état d’esprit (ou de corps) différent. Dès fois quelque chose peut sonner très rasoir parce qu’on l’a écouté pendant des heures. Quand tu la réécoutes avec des oreilles neuves tu peux vraiment l’apprécier.

Si tu pouvais changer de vie avec quelqu’un, qui cela serait-il ?
C’est une question complexe… J’aimerai bien avoir des enfants mais c’est encore tout à fait possible. Je ne sais pas à vrai dire, il va falloir que j’y réfléchisse ! Peut être Prince parce qu’il sait jouer de tous les instruments et il est très talenteux.

Est-ce que tu préfèrerais être un bonhomme de neige ou vivre dans un igloo ?
Je préfère vivre dans un igloo plutôt qu’être un objet inanimé ! (Rires)

On organise notre soirée de lancement la semaine prochaine, tu veux te joindre à nous ?
Ah génial, félicitations ! J’adorerai mais je serai à Paris, je joue au Palais de Tokyo dans une fête appelée Yoyo.

Quels sont tes trois morceaux de prédilections ?
J’aime beaucoup Deep Burnt de Pepe Bradock. Un morceau de l’album Consumed de Plastikman forcément. Je ne me rappelle plus lequel mais j’adore cet album, il est spécial. Et Chaka Khan, I feel for you.

Un dernier mot ?
Je vous souhaite le meilleur pour votre association et bonne chance pour votre fête ! Merci de m’avoir parlé !





We met Heartthrob before his great live at Hypnotik, a great guy with only one fear: a plane and no bathroom !

Hi ! How are you tonight ?
Good, really good ! I’m really happy to be in Lyon.

Can you introduce yourself in a few words ?
Sure, my name is Jesse Siminski and I record under the name Heartthrob.

What’s up with you ? Any news you’d like to share ?
Beside being in Lyon for this party, I’ve been concentrating on doing a lot of music production and I just finished a remix for Igor Vincente on Mobilee and one for CMYK and they should be out this spring, in a couple of month. And the second release on my own label ISNTISNT would be out in April and a couple of others things are coming up so it’s gonna be a nice busy spring, at least music-wise coming in. And I’ll be touring during summer.

How is it to work at Minus ?
It was a really nice experience you know, I worked for them for almost 10 years, this is basically my tenth year and Rich was really a positive mentor, he taught me a lot of important things about playing, production and business. So the general attitude I have is very positive.

What about ISNTISNT ?
This is my own project, this is something that I decided to do. I’m coming up on almost ten years of making electronic music, it felt like a nice time to step out and do my thing.

In your biography on Facebook it’s written that you have a « natural hability to convey a sense of drama and humour through music », can you explain ?
I didn’t say that myself but I think that’s the point of music anyway to take people and transport them to another place, take them on a ride, emotionally and with the imagination. That’s what I like.

Is there any track of yours that you find particular or very different from the others ?
I mean it’s always sort of a love/hate relationship, there is some track I’m really proud of and I find it interesting that sometimes some of the tracks I find the most unpopular become the most popular. They aren’t very good, they aren’t likable but they become popular. I think if I were to listen to old tracks, I would get transported back to that time where I made them and pick out the positive elements and the flaws in them so I think it’s a nice walk through time. But I try to focus on the future (laughter).

Do you often listen to your own tracks ?
There is only so much time in a day and there is so much music out there to consume right now and when I’m not working on my own music that I try to finish, I listen to other music or I just give my ears a rest, because they need it. So I haven’t listen to so many of my past productions recently but you know, why not.

We met Hobo a few weeks ago, is there something you would like to tell about him ?
Joel is such a fun, energetic, genuine and funny, funny guy and he is very talented. I’m very happy for him because he’s doing great with his career and his label Soundz so I just wish him the best for that. He’ll do quite well.

He told us that he loves to trash hotel room, is that a common thing at Minus ?
For the younger people maybe …(laugther) I’ve done my share… but I don’t want to pay for that, definitely not.

You’ve lived in the USA and in Europe, what is different here from the US ?
I lived in New York before, when I was living in the States and it is such an extreme and busy city whereas Berlin is extreme and pretty mellow in a lot of ways, there is a lot of space, a lot of respect for other people space so it tends to be a little more sleepy, at least the lifestyle I have there. I miss the hustle and bustle of New York sometimes but I really treasure the space I have and the quality of life that Berlin affords, it’s not to expensive still and that’s pretty mind blowing considering that it is the capital of Germany.

What kind of devices are you using during your shows ?
It depends on the show, if I play a strict live show it would be a combination of hardware, computer, if I’m djing I would use TRAKTOR And Ableton together with controllers. I’m sort of experimenting the CDJs, because that can be really nice to use. And of course occasionnaly vinyl but that’s more for home.

Your worst tour experience ?
Well, the most extremely annoying experience was trying to leave Uruguay. I got stuck at the airport for maybe 18 hours. There was a really big thunderstorm, I waited up from morning to evening to try to get out, finally I had to stay, they put me in a hotel but when I finally get to leave, it was sad but there was an old lady who shit her pants on the plane, so I had to deal with that (laughter). That was pretty bad. It was like one bad thing to the next so I was like « when will I leave South America and get home ? When can I get some fresh air ? ». I had problems with equipment sometimes but most of the time the gigs are fun. I was around for the Love Parade disaster, I wasn’t at the actual Love Parade I was at an afterparty and that was a really bad night. But things tend to stay on the bright side.

Do you have a best memory ?
I have so much memories, so many good memories…I would have to say some of my first shows with Magda and Rich. The early days of Minus were really really special. 
I can say for sure playing at Womb in Tokyo was absolutely one the most special, exciting times. We did a really big party with Matthew Johnson we played live. It was just a great experience.

Outside of music, what do you like to do ?
I like to work out and cook, I like art a lot, I do some artwork myself so I just try to stay out of troubles and stay healthy, get ideas, hang out with friends…

What’s the first thing you do in the morning ?
The first thing I do…lately it is to check out which exercise I’m gonna do that day. And I’m sort of addicted to my Ipad so I look at that and have coffee. And if I have music I’ve been working on, I listen to what I’ve done and see if it’s still good or not (laughter). That can be deceptive. It’s interesting to listen to it with a differend body state or mind state. Sometimes something sounds very dull, mostly because you’ve been listening to it for hours. When you hear fresh you can actually experience it.

If you could change lives with someone, who would it be ?
That’s such a complex question… I wouldn’t mind having kids but I’m sure that’s still possible. I don’t know, I have to think about that one ! Maybe Prince because he can play every instruments and he’s very talented.

Would you rather be a snowman or live in an igloo ?
I rather live in an igloo than be an immobile object ! (laughter)

We’re having our first party next week, would you like to come ?
Oh nice, congratulations ! I’d love to but I have to be in Paris. I’m playing at Palais de Tokyo, the party is called Yoyo.

What are your 3 best tracks of all time ?
I really love Pepe Bradock's Deep Burnt. Something from Consumed by Plastikman for sure. I can’t remember which one but I really like this album, it is special. And Chaka Khan, I feel for you.

Do you have a last word for us ?
I wish you the best for your entreprise and good luck with you party ! Thanks for talking to me !

image de l'event

Vitalic

dimanche 20 avril 2014, Le Sucre

House /Techno


Le Sucre vous offre le digestif rêvé ce dimanche, et sur le rooftop s’il vous plait : Vitalic est de retour prêt à de nouveau en découdre avec le public lyonnais.
Et ce n’est pas tout, pour être sûr que vous réussissiez votre fin de weekend, nous pourrons voir le duo Forty Fings Dynamo et l’espagnol Alejandro Paz.


VITALIC - Different
Même si il paraît absurde de vous le présenter, Vitalic est bien sûr un des parrains de la techno française actuelle. Sans se soucier des modes et des courants, il persiste dans une techno dansante et endiablée qui rend un vibrant hommage au vrai esprit libre de l'electro.
Facebook
Soundcloud

ALEJANDRO PAZ - Cómeme
Signé dans le même label que Mathias Aguayo, Alejandro Paz dévoile une approche joyeuse et chamarée de la club culture. Il nous a gratifié de plusieurs mixtapes, offrant du groove andin made in Chile dont il faut se délecter. A consommer très frais.
Soundcloud

FORTY FINGS DYNAMO - La Dame Noire
Quoi de plus excitant qu’un projet entre Adrien, la moitié de Villanova, et Emmanuel aka Solofour pour venir compléter ce plateau dominical ? Entre la minutie et le talent brut d’Emmanuel et Adrien qui ne manquera pas à rendre hommage à Frankie Knuckles, une de ses idoles, dont il s’imprègne pour offrir des tracks house inventives, comme saupoudrées du jazz de son enfance.
Soundcloud

Infos Pratiques
Lieu : Le Sucre
Horaires : 15h00 - 22h00
Prix : 18,50 euros
Event Le Sucre
fleche animée
Image de la playlist

Playlist #35 : Être au Calme

Tech-House, Techno, Jazz

15 avril 2014

Une playlist de 15 morceaux est ajoutée tous les 15 jours. Chaque jour, un morceau est disponible au téléchargement.
Les playlists déjà complètes sont disponibles en écoute illimitée mais sans téléchargement.
right buttonAlbums
left buttonPlaylists
Booking
BRUXELLESLYON

Pseudo :


Message :


Les commentaires de nature exclusivement raciste, pornographique ou publicitaire sont strictement interdits.

chrome icon


Nous vons conseillons plutôt d'utiliser Mozilla Firefox, Safari ou Google Chrome.
Vous pouvez télécharger dès maintenant la dernière version de Google Chrome en cliquant sur l'image ci-dessous.
Please Wait