GOLDEN BLOG AWARDS 2014



Salut les chèvres, et autres animaux nocturnes fans de musique électroniques.

Ce petit message pour vous faire part de notre sélection pour les Golden Blog Awards dans la catégorie Musique.
On compte sur vous et sur votre vote pour décrocher le prix ! N'hésitez pas à voter une fois par jour jusqu’au 23 octobre, c'est permis !

Et si on gagne, on vous invite tous au méchoui de la victoire !

FERMER CETTE FENÊTRE
effethalo
retour au site [↑]

Liste

Article

Bawdy Disorder

LM


Impulsif Record, 25 Oct. 2014

Posté le 22 oct. 2014
Nicolas Cuer est homme à tenir parole. Lors de notre rencontre au Positiv Festival il nous avait confié qu’à à la création du collectif Bawdy Disorder avec son ami Nicolas Tanda et du label Impulsif Record ferait suite un album (voir notre interview). Promesse tenue puisque LM  sortira le 25 octobre 2014 et est déjà disponible en digital. Le showman de La Villa Rouge de Montpellier veut faire de cet album un live et on est persuadés que la soirée risque d’être agitée. Aperçu muet de ce futur événement musical :

Guitariste d’origine, Cuer est musicien avant d’être DJ. Techno, Rap, Dubstep, il ne définit pas sa musique à travers les genres mais plutôt grâce à la nature simple des sons, mettant en valeur le potentiel musical que possède chacun d'eux. Objectif partagé par son comparse Nicolas Tanda, musicien batteur et clavier qui mets ses compétences en tant que compositeur et arrangeur au service du groupe. LM se comprend comme un ensemble hétérogène où les sonorités parviennent à cohabiter car appartenant toutes à la branche « hard » des catégories auxquelles elles correspondent. « Get Away at Panama City » impose par exemple la lourdeur du rap US, tout comme « The deepest part of myself » met sur la table un beat puissant et particulièrement sombre. Poussés à l’extrême, les morceaux composant  Bawdy Disorder  sont denses (on pense par exemple au long « Level O ») sans être étouffants.
Certains titres proposent un cadre scénique intéressant. « Lost my 07 » a quelque chose de la B.O de film mais ici les références au cinéma ne servent pas d'outil à l'ambiance de l'album, elles se mêlent plutôt à l'ensemble du morceau pour ne devenir que sonorités parmi tant d'autres et produire l'harmonie spectaculaire d'une musique symphonique. Cet album n'essaye pas de nous charmer (et c'est ce qu'on pourrait lui reprocher), par son désordre et son manque de cadre justement, il ne se présente pas comme clean et donne au public un échange constant entre bonne et mauvaise surprise en nous maintenant ainsi en haleine jusqu’au morceau suivant. Bawdy Disorder prend en compte la nécessité du public dans sa création (n’oublions pas que l’album doit se concrétiser grâce à un live futur) et communique ce que nous vivons tous, mais que lui seul, en tant qu'artiste, peut retranscrire. Sans tomber dans le mythe de l'artiste incompris ou du badboy talentueux, Bawdy Disorder partage simplement -et peut-être de manière un peu trop crue parfois- sa conception de la musique et de ses possibilités. L’intro de l’album résume bien cette idée en faisant référence au discours d’Albert Camus de 1957 : l’artiste se trouve « à mi-chemin de la beauté dont il ne peut se passer et de la communauté à laquelle il ne peut s’arracher ». A la fois artisan solitaire et personnage public, il semble que Bawdy Disorder joue de ses nombreuses identités  de musiciens, de DJss et de producteurs pour se rapprocher de la communauté et lui renvoyer le reflet qu'elle projette sur lui.

« Bawdy Disorder » s’adresse aux musiciens, aux rebelles assagis, aux nostalgiques de la musique électronique des années 1990, aux cinéphiles, aux rockeurs, aux fêtards, ou tout simplement aux curieux et c’est en ce sens que le projet est abouti : avant d’être transformé en live cet album parvient à se forger un public. Alors avant de profiter d’un moment d’euphorie collective, The Bankers vous conseille de l'écouter en toute intimité.

Ecoute

Commentaires

image de l'interview

Sam Paganini



Techno

Septembre 2014


Ninkasi Kao

Posté le 06 oct. 2014
Les interviews sont effectuées à l'occasion d'un concert ou d'un événement. Une interview est conventionnellement composée de sept à dix questions à peu près biographiques ou musicales, et d'une série de questions rapides et absurdes.
On a rencontré Sam Paganini avant son puissant live au Ninkasi Kao, quelques jours après la sortie de l'excellent Satellite. On a ri en buvant du Génépi. Récit.

Buonasera Sam ! La forme ?
Ah les Bankeeeeers ! Bonsoir mes amis ! Je parle un petit peu le français. Je suis très content !

Tu peux te présenter en quelques mots ? C’est ta première fois à Lyon ?
Oui c’est la première fois que je joue ici. J’ai pas mal joué dans le Sud de la France mais jamais ici donc je suis très content. Et j’aime la France, c’est un de mes pays préférés.

Pour jouer ou en général ?
Pour être honnête j’adore le Sud de la France. Je suis souvent à Montpellier, Marseille, Cassis aussi. J’y étais en vacances au mois d’août. C’était chouette.

Tu penses que le public français est spécial ?
Oui, le public est similaire en Italie. A chaque fois que je joue en France c’est spécial pour moi. Les gens savent faire la fête ici !

Ton album vient de sortir et est déjà numéro un sur Beatport, ça fait plaisir j’imagine ?
Ouiii je suis très content et surpris, les retours des fans, des magazines et des collègues est au-delà de tout ce que je pouvais espérer. Ca me touche que la remarque principale soit sur la diversité des morceaux de l’album. C’est super parce que comme tu le sais un album est différent d’un single. J’ai 12 morceaux dedans. Chaque morceau est différent. C’est un travail complet. De la Deep House à la Techno à l’Ambient…

Pourquoi cet album ? Quelle est l’histoire derrière le disque ? Où l’as tu enregistré ?
Après trois EPs chanceux chez Drumcode, j’ai pensé qu’il était temps de m’exprimer avec un vrai grand projet et Drumcode m’en a donné l’occasion. C’était dans l’ordre des choses. Je l’ai enregistré dans mon studio à Trévise où je vis, dans le nord de l’Italie.

Tu travailles en collaboration avec Cocoon, Drumcode et Plus8, ça va la vie non ?
Oui je suis conscient d’être chanceux. Mais je travaille dur depuis 20 ans, j’ai eu des tas de moments ou j’étais découragé dans ma carrière, la musique n’est pas un métier facile mais j’ai appris à ne jamais baisser les bras.

Et pourquoi Drumcode pour Satellite et pas un autre ?
Simplement parce que j’adore Drumcode. Adam (Beyer) fait un super travail depuis presque 20 ans avec le label. Je pense que ma musique s’intégre parfaitement dans le catalogue et je suis très heureux de faire partie de la famille Drumcode.

Retour aux sources maintenant, tu peux nous parler de tes débuts dans la musique ?
Mes premiers pas donc…sûrement quand j’étais enfant, autour de 4 ou 5 ans mon père a réalisé mon amour des percussions…Je cassais tout à la maison avec tout ce qui pouvait ressembler à des baguettes.

Comment tu as découvert la techno ? Quand as-tu décidé de te mettre à produire ? Tu jouais d’un instrument étant petit ?
J’ai grandi en écoutant les classiques du rock, des groupes comme Pink Floyd, les Rolling Stones, Led Zeppelin, Hendrix, etc…puis j’ai découvert une station de radio indépendante (Radio Italia Network) qui jouait de la musique électronique h24, pas de pub, pas d’animateur, juste de la musique. Supers souvenirs. J’ai commencé à mixer à l’âge de 15 ans et l’Acid House a tracé mon chemin. J’ai aussi joué dans des groupes de rock en tant que batteur et j’ai aussi étudié le piano et la guitare. J’aime tous les genres de musique de la Deep House à la House à…mais j’aime joué de la techno parce que le public réagi différemment.

Je crois que « Zoé » a été ton premier carton, tu peux nous en parler un peu ?
J’ai sorti Zoé sous le pseudonyme de Paganini Traxx en 1996. C’est un des premiers morceaux que j’ai enregistré dans mon propre studio. Je l’ai fait sur un Atari Ste 1040, une Akai Sampler et un Korg Ex Wavestation puis mixé sur un Mackie Mixer 24 pistes. C’est devenu numéro 1 au classement club britannique en 1998 avant un remix de Timo Maas.

Et tes lives ? J’ai lu que c’était de la « sexy groovy dark techno », c’est une bonne définition ?
Quelqu’un a dit ça oui et j’adore cette définition parce que c’est exactement ce que j’essaye de faire, tout en intégrant de nouveaux morceaux à mes sets. Je fais des Dj sets, c’est trop ennuyeux pour moi de jouer tous les soirs seulement ma musique ! Il y a beaucoup de producteurs fantastiques et je veux aussi jouer leurs morceaux !

Tu écoutes quoi en ce moment ?
J’aime tous les genres de musique, Deep House, Funk, Pop, etc mais j’adore jouer de la techno donc mes oreilles sont toujours à l’affût de nouveaux talents ou de classiques encore inconnus !

Tu penses quoi des autres producteurs italiens comme Dusty Kid ?
Waouh j’aime vraiment ce qu’il fait. C’est un bon gars et un super producteur.

Quels sont tes producteurs français préférés ?
Laurent Garnier. C’est le Maestro ! J’aime bien Julian Jeweil aussi, il est très bon. Paul Ritch également.

Tu aurais fait quoi si tu n’avais pas fait de musique ?
Impensable. Mais à l’école j’étudiais la cuisine donc….

Quel est la première chose que tu fais le matin ?
J’allume mon Iphone…pas très romantique !

Tu préfèrerais être Jimi Hendrix et jouer comme tu veux ou comme James Bond et avoir toutes les nanas ?
Facile : Jimi Hendrix bien sur ! Il joue ce qu’il veut et il avait toutes les filles !

Si tu pouvais embrasser quelqu’un maintenant, ça serait qui ?
Ma copine bien sur !

Si tu pouvais fesser quelqu’un maintenant, ça serait qui ?
Ma copine…elle sait pourquoi.

Est-ce que tu conseillerais à tes fans de fumer un joint avant de regarder le clip d’Exit ?
Bien suur ! En leur souhaitant un bon voyage ! Vous avez aimé ?

On a adoré, l’atmosphère est vraiment prenante.
C’est le dernier morceau de l’album et c’est vraiment un voyage. Je suis content que ça vous plaise !

On a vu que ta page Facebook a liké un de nos post, c’était toi ?
Oui bien sur, je gère moi même ma page. C’est important d’être connecté avec les gens. Sans fans tu n’es rien. Par exemple des gens m’ont demandé sur Facebook si je pouvais les mettre sur liste pour ma prochaine date à Stuttgart et je l’ai fait. Ils ont demandé très poliment et sont très cools donc pourquoi refuser ?!

Qu’est ce qu’on doit faire pour avoir ton album gratuit ?
Hmmm… c’est le moment de devenir créatif…Voyons voir…(rires).

Quels sont tes 3 morceaux préférés de tous les temps ?
1. Pink Floyd – Shine On You Crazy Diamond
2. Led Zeppelin – Stairway To Heaven
3. Rolling Stones – Sympathy For The Devil

Un dernier mot ?
Samba !


Sam & Raph





We met Sam Paganini before his intense live at Ninkasi Kao, only a few days after the release of his last album: Satellite. #Paganini #Génépi #FunnyStory.

Buonasera Sam ! How are you ?
Ah les Bankeeeers ! Bonsoir mes amis! Je parle un petit peu le français. Je suis très content!

Could you introduce yourself ? Is this your first time in Lyon ?
Yes it’s my first time here in Lyon. I’ve played a lot of times in the South of France but never here so I’m very happy. And I love France, it’s one of my favourite country in the world.

To play music or ?
To be honest I love the South of France. I’ve been a lot of times in Montpellier, Marseille, Cassis too. I was there in holidays last August. It was really nice.

Do you think there is a special crowd in France ?
Yeah. It’s similar to the italian crowd. Evertime I play in France it’s so special for me. The people know how to party here !

Your album just came out and already is number one on Beatport, how do you feel ?
Wow, I’m very happy and surprised, the feedbacks from the fans, magazines, colleagues is beyond all my expectations. Most of all since the positive reviews regards the variety of the tracks from the album. It’s great because as you may know an album is not the same as a single. I have 12 tracks inside. Every track is different in the album. It’s a complete work. From Deep House to Techno to Ambient Music.

Why this album, what is the story behind it ? Where did you record it ?
After 3 lucky Ep’s on Drumcode I thought it was the right time to express myself with a full lenght project, and Drumcode gave me this opportunity, it was a natural process. It was recorded in my studio in Treviso where I live in the North of Italy.

You’re currently workind with Cocoon, Drumcode and Plus8, life’s easy for you right ?
Yes, what can I say, I’m very lucky and I know it. However I’m working very hard since 20 years, I had a lot of moments of discouragements during my career, the music business is not easy, but I learned to never give up.

Why did you decide to release Satellite on Drumcode ? Simply because I love Drumcode, Adam (Beyer) is doing a great job since almost 20 years now with the label. I think my music fit perfectly on it and I’m very happy to be in the Drumcode family.

Back to the beginning now, can you tell us about your first step in the music world ?
My first step…so probably when I was child, around 4 or 5 years old, my father suddenly knew my love for the percussions…I was smashing everything at home with whatever looked like drum sticks.

How did you discover techno and decided to produce some as well ? Did you play any instrument as a kid ?
I was raised listening to the classic rock, bands like Pink Floyd, Stones, Led Zeppelin, Hendrix ecc, then I discovered an Italian independent radio station (Radio Italia Network) that it was playing all the new electronic music 24 hours a day, no talk, only music. Great memories! I started djing at the age of 15 and the Acid House marked my way. I’ve played also in local rock bands as a drummer and I’ve study piano and guitar as well. I love every kind of music from Deep House to House to…but I love to play Techno because the crowd is completely different.

I think « Zoé » was your first big hit, can you tell us the story behind the track ?
I released “Zoe” under the nickname “Paganini Traxx” on 1996. It was one of my first tracks recorded on my own studio. It was made with an Atari Ste1040, an Akai Sampler and a Korg Ex Wavestation and mixed on a Mackie Mixer 24 Channels. It became #1 in the UK club charts and on 1998 it was remixed by Timo Maas.

What about your live act ? I read it was « sexy groovy dark techno », is this a good definition according to you ?
Someone said that yes, and I love this definition because it’s exactly what I’m always looking for, from the new music to play in my sets. Anyway I do a dj set, it’s so boring for me playing every night only my music, there are a lot of fantastic producers around and I want to play their tracks too!

What djs are you listening at the moment ?
I love every kind of music, really, Deep House, Funk, Pop ecc but I love to play Techno so my eyes are always wide open to the new acts or Big Legends Dj’s.

What do you think about other italian producers like Dusty Kid ?
Wow I love him really. He is a good guy and really great producer.

Who are your favourites french producers ?
Laurent Garnier. He is the Maestro. Lately I’ve been digging Julian Jeweil and Paul Ritch as well.

What would you have done if not music ?
Unthinkable….but at school I studied Cook….so.

What’s the first thing you do in the morning ?
I switch on my iPhone…not so romantic.

Would you rather be like Jimi Hendrix and play whatever you want or like James Bond and get all the girls ?
Easy: Jimi Hendrix of course! He played whatever he wanted and he had all the girls.

If you could kiss someone right now, who would it be ?
My girlfriend of course :-)

If you could spank someone right now, who would it be ?
My girlfriend…she knows why.

Would you suggest to your fans to smoke a joint when watching your « Exit » Official Video ?
Suuuure ! And hope it will be an amazing trip! Do you like it ?

We fuckin love it ! The atmosphere is great.
It’s the closing song from the album and it’s really a trip. I’m very happy you like it !

We’ve seen that your facebook page liked one of our post, was it you ?
Yes, sure. I do it by myself. It’s important for me to connect with people. Without fans you’re nothing. For example some people ask me on Facebook if they could be on my guest list for next gig in Stuttgart and I said yes, why not ? The guy who ask me for the guest list is really nice and not rude so I just said yes.

What should we do to have your album for free ?
mmmmm…It’s time to get creative… :-) Let’s see… (laughter)

What are your 3 favorites tracks of all times ?
1. Pink Floyd - Shine On You Crazy Diamond
2. Led Zeppelin - Stairway To Heaven
3. Rolling Stones - Sympathy For The Devil

Do you have a last word ?
Samba!

Sam & Raph
fleche animée
Image de la playlist

Playlist #47 : Swimming into the deep

House,Deep House, G-House

21 oct. 2014

Une playlist de 15 morceaux est ajoutée tous les 15 jours. Chaque jour, un morceau est disponible au téléchargement.
Les playlists déjà complètes sont disponibles en écoute illimitée mais sans téléchargement.
right buttonAlbums
left buttonPlaylists
Booking Golden Blog Awards
BRUXELLESLYON

Pseudo :


Message :


Les commentaires de nature exclusivement raciste, pornographique ou publicitaire sont strictement interdits.

chrome icon


Nous vons conseillons plutôt d'utiliser Mozilla Firefox, Safari ou Google Chrome.
Vous pouvez télécharger dès maintenant la dernière version de Google Chrome en cliquant sur l'image ci-dessous.
Please Wait